Lors d’une tentative de renégociation de son crédit immobilier, l’ancien directeur de la Fed a vu sa demande rejetée par sa banque.

Jeudi 2 octobre 2014, l’ancien directeur de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke, racontait une anecdote lors d’une conférence organisée à Chicago. Ce dernier a en effet tenté de renégocier son prêt immobilier auprès de son banquier, en vain. Rappelons qu’il a été chargé de décider de l’évolution des taux d’intérêt aux Etats-Unis, durant la période allant de 2006 à 2013.

Pourtant, actuellement, l’ancien président de la Fed touche près de 250 000 dollars pour chaque conférence qu’il donne, la maison qu’il a achetée avec sa femme en 2004 à Washington n’a pratiquement pas perdu de valeur malgré la crise, et il aurait signé pour son prochain livre un contrat avec son éditeur frisant le million de dollars. Auparavant, à son ancien poste, ses revenus annuels n’étaient « que » d’environ 200 000 dollars. Alors, pour quelles raisons Ben Bernanke, au profil patrimonial manifestement peu risqué, a-t-il vu sa demande de renégociation de crédit rejetée ?

Il s’agirait principalement d’un problème de stabilité de situation. En effet, du point de vue très pragmatique de la banque, Ben Bernanke a quitté un emploi salarié pour des activités, certes plus rémunératrices, mais néanmoins plus aléatoires. Or, depuis la crise des subprimes, les conditions d’accès aux emprunts des banques américaines se sont durcies, même pour une personne possédant un patrimoine comme l’ancien directeur de la Fed. Peut-être que si Ben Bernanke avait fait appel à un courtier en crédit immobilier, les choses se seraient passées différemment !