Référence en matière de crédit immobilier, le rapport de l’ACPR note une diminution globale de la durée d’emprunt entre 2014 et 2015. Mais existe-t-il malgré tout des différences en fonction du profil de l’emprunteur ?

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) vient de produire son rapport annuel. Malgré les taux historiquement bas et toujours en baisse, ce dernier souligne une certaine disparité quant aux taux et à la durée moyenne des prêts, selon la zone géographique de l’emprunteur et son statut social.

Toutes les régions ne sont pas égales en matière de taux

En fonction de leur positionnement géographique, tous les Français ne bénéficient pas de taux aussi avantageux, même en présentant des dossiers similaires. En effet, en fonction de la région dans laquelle vous empruntez, il existe une différence de taux pouvant aller de 0,24 % sur 20 ans à 0,45 % sur 25 ans. Ce phénomène s’explique simplement : les banques, spécialement les grandes banques nationales, proposent leur taux dans chaque région en prenant en compte les spécificités locales. Ces critères comportent l’état du marché local, la concurrence existant au sein de la région, mais également les objectifs à atteindre. En parallèle, les banques mutualistes, très présentes, sont généralement plus autonomes, et peuvent proposer des taux plus avantageux, même en tenant compte de la concurrence et des objectifs à réaliser.

Une diminution de la durée initiale des prêts

Le rapport de l’ACPR permet de constater une diminution flagrante de la durée initiale des prêts. En effet, celle-ci atteignait 20 ans en 2008, et est descendue à 18 ans en 2015, avec une fonte magistrale de six mois rien qu’entre 2014 et 2015. Toutefois, ce résultat doit être interprété en tenant compte des nombreuses renégociations de crédit qui ont eu lieu durant ce laps de temps. Si l’on observe plus en détail les chiffres de l’ACPR, on se rend compte au contraire que la durée des prêts a plutôt tendance à s’allonger, quel que soit le profil de l’emprunteur. Sans surprise, les primo-accédants empruntent le plus longtemps, avec une durée moyenne de 21 ans (quatre mois supplémentaires entre 2014 et 2015). Au final, le rapport note qu’un crédit immobilier est en moyenne remboursé au bout de 14,8 ans, soit un mois de moins qu’en 2014.

En conclusion, la meilleure solution pour obtenir le meilleur taux et une durée plus courte, c’est encore de faire appel à un courtier en crédit immobilier ! Contactez-nous pour tout savoir sur nos services.