De multiples réformes concernant l’immobilier sont prévues pour cette année 2018. Quels sont les principaux changements à prendre en compte pour le marché immobilier cette année ?

Assurance emprunteur : plus de mobilité pour le consommateur

Ça y est, c’est chose faite : l’amendement Bourquin, dont nous avions parlé lors d’un article précédent, a été validé par le Conseil des Sages. Grâce à ce dernier, tous les emprunteurs auront la possibilité de changer leur assurance de crédit immobilier, généralement proposée avec le prêt par la banque, pour en trouver une plus compétitive.

PTZ : un recentrement du dispositif

La loi de finances 2018 a une nouvelle fois prolongé le prêt à taux zéro. Néanmoins, les zones concernées par ce dispositif gouvernemental ont été revues à la baisse. La quotité pour le PTZ dans le neuf reste, pour les quatre prochaines années, de 40 % dans les zones A, A bis et B1. Ce n’est pas le cas en zones B2 et C, où la quotité ne s’élèvera qu’à 20 % en 2018, avant sa suppression en 2019. Ces deux zones bénéficient toutefois encore du PTZ avec travaux jusqu’en 2021, ce qui n’est pas le cas sur le reste du territoire.

Notons que des dispositions similaires ont été prises concernant la loi Pinel, prolongée jusqu’en 2021, à l’exception des zones B2 et C, où elle a été supprimée.

Taxe d’habitation : vers une suppression pour 80 % des contribuables

La dernière mesure phare pour l’immobilier en 2018 a également été de loin la plus médiatisée : la réforme de la taxe d’habitation. D’ici trois ans, 80 % des contribuables ne devraient plus avoir à payer cet impôt local. Pour 2018, les ménages en dessous d’un certain revenu devraient avoir leur taxe d’habitation réduite de 30 %. En 2019, cette valeur passera à 65 %, puis à une exonération totale en 2020.