Si la tranche des 25/40 ans se tourne vers l’immobilier pour acquérir leur résidence principale, pour les 40/55 ans, l’objectif est plutôt de préparer sa retraite. Comment ? En profitant des dispositifs de défiscalisation pour investir dans le locatif.  Ainsi, ils peuvent dégager un complément de ressources et optimiser leur fiscalité.

 

Se constituer un complément de retraite grâce au placement immobilier

 Entre 40 et 55 ans, les Français sont au sommet de leur carrière professionnelle et l’allongement de durée de vie leur promet encore de belles années devant eux. Ils disposent de revenus confortables et sont souvent déjà propriétaires de leur résidence principale, même s’ils sont encore en train de rembourser les mensualités de l’emprunt immobilier. Revers de la médaille, l’impôt sur le revenu de cette tranche d’âge s’avère assez élevé. Pour préparer la retraite tout en diminuant la pression fiscale, l’investissement dans l’immobilier locatif présente bien des avantages.

D’autant plus que dans le même temps, la progression de la démographie continue dans l’Hexagone et entraîne la structuration de zones immobilières tendues, c’est-à-dire où la demande de logements est largement supérieure à l’offre. C’est notamment le cas dans les grandes agglomérations comme Paris, Lyon et Bordeaux et des territoires touristiques, à l’instar de la Côte d’Azur et du pourtour Atlantique. Pour tenter de résorber la tension foncière en créant du locatif, l’État français propose plusieurs dispositifs de défiscalisation aux contribuables, dont la fameuse loi Pinel.

 

Le dispositif Pinel : un levier de financement idéal pour augmenter son patrimoine

 Pour pallier la baisse de revenus lors de l’arrivée en retraite, les 40/55 ans peuvent miser sur la capitalisation d’un patrimoine immobilier mis en location. L’avantage, c’est que les loyers encaissés servent à financer tout ou partie de l’acquisition du bien ancien ou neuf. En parallèle, la défiscalisation partielle proposée par le dispositif Pinel permet de réduire l’impôt sur le revenu. À la clé, un investissement sécurisé puisque la banque, qui impose de souscrire à une assurance décès-invalidité, partage les risques avec l’investisseur. L’effet de levier du crédit est d’autant plus puissant que l’investissement immobilier est financé grâce à l’emprunt.

En achetant un bien pour le louer en loi Pinel, les 40/55 ans peuvent obtenir une réduction d’impôt de 12, 18 ou 21% en fonction du nombre d’années pendant lesquelles ils conservent le bien avant de le revendre : 6, 9 ou 12 ans. Sur la durée la plus longue, le contribuable a ainsi la possibilité de défiscaliser 63 000 € ! Autre avantage du dispositif Pinel : les investisseurs sont autorisés à déduire les intérêts d’emprunts et les charges liées à la gestion locative du bien de leur feuille d’impôt.

À noter également l’arrivée du dispositif Denormandie dans la loi de finances pour 2019.