Selon un sondage Orpi réalisé au mois de juillet 2016, 90 % des jeunes de 18 à 29 ans souhaitent devenir propriétaires. Et font la part belle à la connectivité de leur future demeure.

Réalisé par l’institut Opinionway pour le réseau d’agences Orpi, un récent sondage a été mené auprès des jeunes de 18 à 29 ans. Les résultats de ce dernier ne laissent aucun doute : les personnes interrogées répondent à 90 % désirer devenir propriétaires. Pour 73 % des jeunes interrogés, cela correspond à un désir de « ne plus payer de loyer », tandis que 65 % espèrent « faire un bon investissement ». De plus, 70 % des personnes sondées envisagent dans le futur de réaliser un investissement locatif.

Cependant, à l’heure actuelle, tous les jeunes ne peuvent pas se permettre de réaliser ce rêve d’accession à la propriété. 44 % répondent « ne pas pouvoir s’endetter pour le moment ». Pour la tranche d’âge la plus âgée (entre 25 et 29 ans), ce pourcentage descend à « seulement » 42 %. Pour séduire les banques, mieux vaut être doté d’une situation professionnelle stable, d’un apport minimum et de revenus réguliers.

Pourquoi devenir propriétaire ?

Comme pour les générations antérieures, le fait de devenir propriétaire séduit car cela se rattache à certaines valeurs. En effet, 45 % des personnes sondées estiment qu’être propriétaire est signe de stabilité. 25 % associent cela à un symbole de réussite sociale.

Concernant la location, deux profils se distinguent. D’une part, 25 % des jeunes ont opté pour ce mode de logement car cela leur offre une impression de liberté et de mobilité. D’autre part, le fait d’être locataire, pour 44 % des personnes interrogées, est une solution par défaut, dans l’attente de pouvoir devenir propriétaires.

Génération connectée

Les jeunes répondent quasiment à l’unanimité concernant la connectivité de leur futur logement. Pour 98 % d’entre eux, il est important voire essentiel de disposer d’un accès à l’Internet haut débit. Enfin, 71 % du panel sondé souhaitent acquérir un logement ultra-connecté, tant pour des raisons de sécurité que d’économie d’énergie.