La France a emprunté pour la première fois à des taux négatif en juillet 2019. Une situation qui existe depuis plusieurs années en Allemagne, où les emprunteurs se voient proposer des taux d’intérêt en-dessous de zéro. Comment fonctionne le taux négatif et pourrait-il impacter le crédit immobilier des Français ? Réponses.

 

La France a pour la première fois de son histoire emprunter à taux négatif

Le 4 juillet 2019, la France a négocié pour la première fois de son histoire des obligations à un taux négatif, lequel a chuté jusqu’à -0.010%. En clair, des fonds sont prêts à perdre un peu d’argent en prêtant à la France. Pourquoi ? Tout simplement parce que le contexte économique, marqué par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, fait craindre une récession, voire une crise financière à brève échéance.

Emprunter à un taux négatif dans des obligations d’États jugés sûrs permet de garantir le capital. En outre, les investisseurs espèrent réaliser une plus-value si les taux d’intérêt baissent encore.

Avant la crise financière de 2008, les taux négatifs étaient rarissimes en Europe. Le premier pays à franchir le cap a été la Suisse en 2015, suivie par l’Allemagne en octobre 2016. Dans ce dernier pays, les particuliers eux aussi peuvent obtenir un crédit à taux négatif.

 

C’est quoi un taux négatif ?

Le taux d’intérêt d’un crédit est positif, l’intérêt correspond à la rémunération du prêteur. C’est la raison pour laquelle vous remboursez toujours plus que le capital. À l’inverse, avec un taux négatif, vous êtes rémunéré pour votre emprunt, et la banque récupère une somme d’argent inférieure à celle qu’elle vous a prêté.

Les banques centrales fixent des taux directeurs qui viennent conditionner celui auquel les banques commerciales se prêtent de l’argent entre elles. Le taux négatif a ainsi pour vocation d’inciter ces dernières à investir dans l’économie des pays et d’encourager en parallèle la consommation, afin de faire diminuer le chômage et d’éviter l’accumulation de l’épargne.

 

Quelles conséquences pour un prêt immobilier ?

La situation de certains de nos voisins danois ou belges a de quoi faire rêver : les taux de leur crédit immobilier sont passés en dessous de zéro. Tous les produits ne sont pas visés, seulement ceux à taux variable. Comment est-ce possible ? Grâce à la chute du taux auquel les banques se prêtent de l’argent entre elles, et qu’elles ont choisi de répercuter sur les crédits à taux variable de leurs clients.

En France, l’avènement de ce scénario reste très hypothétique, puisque les crédits immobiliers à taux variables ont quasiment disparu du paysage bancaire. Cependant, s’il venait à se réaliser, vous ne paieriez plus d’intérêts, ce serait à la banque de vous les reverser.

Une chose est sûre, c’est que les taux d’intérêt devraient rester bas encore longtemps. Si la nouvelle est bonne pour les emprunteurs, les épargnants en revanche font grise mine, avec une rémunération de leurs placements qui n’a de cesse de chuter.