Ramener l’agriculture au cœur de la ville ? Avec son projet de tour maraîchère, c’est le défi que s’est lancé la mairie de Romainville, commune de 25.000 habitants située à l’est de Paris dans la petite couronne, en plein cœur d’une zone ultra-urbanisée.

En s’appuyant sur l’exemple de grandes mégalopoles comme New York ou Singapour, qui ont déjà opté pour l’agriculture urbaine, Romainville veut se doter d’ici 2018 d’une ferme verticale de 24 mètres de haut, soit 6 étages consacrés entre autres à la culture et la vente de légumes bio.

Renouant avec le passé de jardin vivrier de Paris de Romainville, la tour maraîchère ne viendra cependant pas faire de la concurrence aux produits déjà proposés par les agriculteurs périurbains. Pas de pommes de terres ou de carottes au programme, mais plutôt des fraises, framboises et jeunes pousses, qui ont en commun leur haute valeur ajoutée.

La tour en elle-même profitera au maximum de ses possibilités, afin d’adopter un modèle économique le plus intéressant possible. En plaçant les bacs à culture à proximité des façades, les légumes profiteront au maximum d’un éclairage naturel. 30 % de la consommation d’eau devraient être assurés par la récupération des eaux de pluie, et un système de ventilation naturelle devrait permettre au lieu de rester à des températures douces à toute période de l’année. Même la répartition des étages a été pensée de manière intelligente : les cultures seront faites dans les hauteurs, tandis qu’un espace de vente trouvera sa place au rez-de-chaussée, avec une champignonnière au sous-sol. Il est prévu qu’un espace de recherche soit également présent.

Il ne reste plus qu’à la ville à remporter un ultime défi : trouver un financement pour le projet. La maire de Romainville, Corinne Valls (aucun rapport avec le premier ministre), est confiante : « Nous mettons en place une fondation dédiée avec les principaux partenaires financiers et techniques ». Apparemment, des groupes privés ont déjà manifesté leur intérêt, ce qui n’est par contre pas le cas de la région Ile-de-France. Sur un total de 4,6 millions d’euros nécessaires à la réalisation de cette tour maraîchère, seul un quart a pour le moment été trouvé. Qui sait : cette initiative, si elle aboutit, donnera peut-être envie à d’autres communes en zone hyper-urbanisée de se lancer dans l’aventure de l’agriculture urbaine.